TROIS CAFES GOURMANDS

TROIS CAFES GOURMANDS

Vendredi 22 mars 2024

Ils sont toujours des centaines, des milliers aux concerts de Trois cafés gourmands. Des fidèles, des curieux, des convertis, disponibles à marcher dans les refrains et les valeurs saines. Et tout est là, dans cette histoire que raconte ce groupe et le public, dans ce rapport complice qui continue de jouer les prolongations. Ceux qui avaient projeté que le trio ne ferait qu’une apparition éphémère, qu’il ne serait l’auteur d’un unique braquage parfait (le tube A nos souvenirs, culminant aujourd’hui à
243 millions de vues sur YouTube et impulsant un album certifié triple disque de platine) peuvent donc réviser leur copie. Sorti dans un contexte défavorable en octobre 2020 – un autre confinement – le deuxième album Comme des enfants a presque atteint la barre des cent mille exemplaires et derrière lui une tournée de cinquante dates au remplissage heureux.

Lire la suite

Trois cafés gourmands a peut-être « la Corrèze en cathéter » mais aussi de belles ambitions. Une collaboration avec la personnalité préférée des Français : difficile de trouver plus prestigieux pour amorcer ce nouveau chapitre discographique. Jean-Jacques Goldman à la co-écriture et à la composition de Quand ? a des allures d’événement si on réfère à la rareté des offrandes distillées par l’un des tauliers du paysage musical hexagonal ces dernières années (hormis pour Céline Dion et son
ami Patrick Fiori). Inutile d’aller gratter pour connaître le contenu des conversations entre lui et les membres du groupe. Mylène Madrias, Sébastien Gourseyrol et Jérémy Pauly ne révéleront rien de ces échanges privés, intimes et précieux. Juste savoir qu’une correspondance virtuelle a été entamée à la fin 2019, informelle et bienveillante. Qu’est-ce qui a fait pencher la balance pour que Jean-Jacques Goldman sorte de sa réserve ? Au-delà de son indéniable talent, il a construit sa carrière
autour de la simplicité, l’humilité, la modestie. Des valeurs propres à Trois cafés gourmands. Peut-être y voir aussi un attachement à une configuration similaire à celle de Fredericks Goldman Jones,en l’occurrence une femme et deux hommes. Evidemment qu’on retrouve sur ce titre la patte Goldman, la clarté de ses harmonies, la force fédératrice si fidèle également au groupe. « Actes manqués, inassumés, en mesure-t-on les conséquences ? / Oui mais quand ? Reste-t-il du temps ?
/Doit-on attendre la science ? /Ou bien miser sur la chance ? / Ne plus jamais demander quand ?… ». Une chanson de constat et consciente, de sursaut et d’éveil, humaine et humaniste. Sans injonction moralisatrice. Le même Goldman qui souffle juste à l’oreille de Sébastien « écouter le silence des gens qui ne disent rien », phrase clé de Ceux qui ne disent rien, titre à la fois mordant et lucide qui prend à revers et à la manière d’un Brassens les haters sévissant masqués sur les réseaux sociaux.
Enregistré avec des musiciens de prestige dans les studios Baboo Music et Ephémère (là où Francis Cabrel a conçu ses quatre derniers disques) à Astaffort, ce troisième album s’appelle La promesse. Il porte parfaitement son nom. Promesse d’explorer de nouvelles thématiques sans altérer la dynamique élémentaire. Promesse d’un foisonnement qui joue avec les idiomes de la chanson et les axiomes de la pop. Promesse d’une générosité infaillible et d’une énergie inhérente à une honnêteté permanente. Ce disque, c’est aussi une célébration des premières fois. Première fois que les trois forces vives prennent la plume, une tâche jusqu’alors remplie par Sébastien. Première fois que chacun d’entre eux s’empare d’un morceau en voix solo. Première fois que le groupe aborde de façon aussi frontale et directe les élans du cœur (Amoureux). Première fois qu’il se met dans la peau d’un personnage fictif (Saint-Patron, sur la puissance du message délivrée par une œuvre d’art ou un
dessin).

Des bribes d’intimité mêlées à une extension du propos, des instantanés pris sur le vif, des portes d’entrées multiples aux chansons (Avec nous, morceau qui risque de joliment embarquer le public en concert). Jamais enfermé dans la redite, Trois cafés gourmands invite à larguer les amarres (Le pari), convoque la nostalgie scolaire et buissonnière (Les mots volent, fin d’un triptyque dans lequel figuraient Les mots sombres et Les mots tristes sur les deux albums précédents), contrebalance par le
rythme de la valse le sujet lourd des agressions sexuelles (La balle au prisonnier), affirme sa croyance de l’amitié envers et contre tout (La promesse), marche dans les mots de Barcella pour évoquer les « extraordinaires », ceux qui se distinguent par leur différence (La vie est fragile). Il y a encore ce tableau, qui fait la part belle aux éléments naturels, dessiné à la suite d’une session de travail au Cap Ferret (Les mimosas). Certainement marqué par sa trajectoire si singulière, Trois cafés gourmands
semble aussi s’agripper telle une obsession à la projection du futur et à la mécanique du hasard (Libre choix, La belle histoire). Que ces trois-là se rassurent : le destin n’est jamais un voyou lorsqu’on a, comme eux, le goût des autres.

Infos pratiques :

Ville : La Gacilly – Salle Artemisia
Date :Vendredi 22 mars 2024
Heure : 20h30
Ouverture des portes : 19h30
Placement : Debout
Tarif : 28 / 41€ Frais de location inclus
Réservations  : Yaka Breizh Productions (06 24 51 79 62)

Découvrez nos autres spectacles

Claudio CAPÉO

Claudio CAPÉO

Samedi 17 février 2024 Grand-ChampAvec plus d’un million de disques vendus, Claudio Capéo est devenu un artiste incontournable de la nouvelle scène française. Révélé en 2016 par son tube « Un homme debout » (single de diamant), son premier album éponyme s’est classé...

lire plus
JARRY « Bonhomme »

JARRY « Bonhomme »

22 et 23 février 2024Dans un monde en crise et au bord du précipice, dans un monde où les forces du mal triomphent un peu plus chaque jour, la veuve, l’orphelin et les mecs bien gaulés ont besoin d’un héros !  Son super pouvoir ? LE RIRE ! Parce que le rire sauve des...

lire plus
Le CAS PUCINE Main Mise

Le CAS PUCINE Main Mise

Samedi 16 mars 2024« Ne grandis pas, c’est un piège » J.M Barrie- Peter Pan. A 22 ans, il y a chez Capucine un refus de passer à l’âge adulte et une glorification de l’enfance incarnée par l’imaginaire comme seule voie de liberté. C’est non sans écueils qu’Eliott, son...

lire plus